Dans les autres continents, comme en Afrique, les frontières entre pays sont souvent fermées lorsqu’elles ne sont pas simplement renforcées.

Une situation qui a permis une réduction considérable des émissions carbones dans le monde. Bonne nouvelle pour l’environnement donc, mais pas tellement pour l’économie.

Parmi les plus impactés, on retrouve les compagnies aériennes. En effet, tous les aéroports (à l’exception des avions cargo) ont dû rester fermés afin de limiter la propagation du virus. Si certaines compagnies font face à cette absence de revenus seules, une compagnie camerounaise (Camair-Co) et algérienne (Air Algérie) ont pu mettre leurs employés en chômage technique. Elles attendent cependant une aide de l’Etat car leur situation n’est pas durable.

C’est donc une voix africaine, collective, qui appelle à une sorte de « plan marshall » (une aide financière) pour éviter une chute du secteur dont les compagnies ne pourraient se relever.