Le port du masque en public ou au moins dans les transports est peut-être obligatoire dans votre pays ; il est sinon souvent recommandé.

Ces derniers mois, on n’a jamais autant de parlé de masques. Masques au pluriel car il en existe différents. Mais comment s’y retrouver et savoir les nuances entre ces derniers ?

Ceux qui circulent le plus sur le marché sont les masques chirurgicaux, les FFP2/3, N95 et ceux en tissus. Voilà beaucoup de chiffres et de lettres. Que cela signifie-t-il ?

Tout d’abord, il faut savoir que les masques de types FFP (Filtering Facepiece, masques filtrants) et N95 sont équivalents. Ils sont utilisés entre autres dans le bâtiment car ils filtrent la poussière mais ils sont aussi destinés au personnel soignant car ils sont les seuls à pouvoir filtrer un virus.

Les masques chirurgicaux sont plus simples dans leur conception et ne filtrent pas de virus. Ils sont tout de même efficaces dans ce qu’ils limitent la projection de gouttelettes qui transportent le virus. Ils protègent donc plus les autres que celui qui le porte.

A l’inverse des autres masques à usage unique, les masques en tissus, alternatifs ou encore à usage non-sanitaire, sont lavables et réutilisables. Ils permettent eux aussi une protection aux gouttelettes et sont à utiliser en complément des gestes barrières.